Une histoire de plaisirs estivaux lointains

Ci-gît l’amertume salée des nuits d’été. Lorsque les corps s’entremêlent dans un canon inaltérable, une fanfare celte lancée à vive allure, une attaque de huns.

C’est comme un boulet dont les chaînes auraient lâché et qui dévalerait les pavés, faisant sauter tour à tour les checkpoints et les filets d’aéronefs.

À elle seule, la saveur de chacune de ces nuits caliguliennes suffit à cicatriser les insécurités tenaces, les rejets douloureux, les plaies lutéciennes.

Ci-gisent ces instants qu’on souhaite rares et insaisissables. Rares aussi sont ceux qui en profitent, les veinards 💫

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.