Regard

Tu regardes tes mains et tu vois du sang sĂ©chĂ©. La saveur de celui-ci n’est qu’un doux souvenir, le voir sur ton ongle te frise les nerfs. Comment, pourquoi et tu ne dĂ©tache plus le regard, les yeux rivĂ©s sur une tâche que seule toi vois. Si petit, si fin et tu regardes encore et encore jusqu’Ă  ce que la seule pensĂ©e que tu as sois il y a une partie de mon sang sur ma main.

Tu regardes tes yeux et tu sens les larmes qui ne couleront plus. La profondeur de ton iris, le noir d’encre que tu y vois, le cercle de l’abime que tu observe dans ton Ĺ“il. Encore et encore un cercle noir dans lequel tu plonges et tu n’en ressors plus, la pensĂ©e s’affole, le cĹ“ur bat fort, juste le noir, la profondeur de ce vide.

Tu regardes ton ombre et tu te trouve un semblant d’affinitĂ©, elle aussi fait parti de l’obscuritĂ©, elle aussi est misĂ©rable. La avec elle tu peux te cacher, tu peux ĂŞtre folle si tu le veux, tu peux penser Ă  Ă©corcher d’adorables chatons et les câliner tout en plongeant tes doigts dans son cĹ“ur encore chaud. Tu peux rester dans le noir sans que personne ne fasse attention au cri silencieux que tu laisses dans le passĂ©.

Tu regarde ton âme et tu y vois une tâche, Ă  jamais entacher, Ă  jamais damnĂ©, Ă  jamais plongĂ© dans la folie. Dans le sang tu y trouve fascination, dans le noir tu trouve rĂ©confort, dans le vide tu trouve sĂ©rĂ©nitĂ©. A jamais l’âme entachĂ© tu pourras y plonger ton regard.

Written by cygnenoirdedame

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.