Il pleut sur ma ville ☔

Il pleut sur ma ville
Comme on avait jamais pleuré
De joie ou de tendresse
D’amour ou d’allégresse.

Et j’ai vu mourir
Tant d’océans infinis
Que je finis par faire mine
Toujours d’être surpris.

Il pleut sur ma ville
Comme on avait jamais ris
Du pennage de tout ce que
Nous réserve souvent la vie.

Mieux vaut rire que pleurnicher
Se surprend-on à dire
Juste avant que le bas blesse
Comme le temps casse les rêves.

Il pleut sur ma ville
Et je pense toujours à hier
Et le vent nous anime
Dans une toute dernière prière.

Les volets dansent et claquent
Et le destin nous provoque
Il récite une funèbre marche
Pendant qu’à d’autres il couronne.

Il pleut sur ma ville
Comme il n’avait jamais plu
Et les chemins escarpés
Se sont à jamais perdus.

Et alors, et après ?
Nos esprits chantent et perdurent
Comme les cordes du luth
Vibrent du même air.

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.