Balot

Le temps passe et la femme vieillie quand l’homme s’anoblit. La femme vieille ne peut rien face Ă  la jeunesse, elle s’isole et pleure, personne ne viendra plus la consoler. L’homme vieux piĂ©tinne l’amas de rides pour accĂ©der Ă  la fraĂ®cheur du fruit tout juste cueilli. La vieille tricotĂ© un châle de rides pour rĂ©chauffer ses vieux jours, s’amourache de ses marmites autant que de son rateau. Ses souvenirs lĂ  bercent d’un parfum d’antan subtilisĂ© par le temps. Le vieux est fatiguĂ©, le fruit n’ose pas le laisser tomber. Qui est vraiment heureux ?

Devrais je garder le sourire ou distendre ma peau pour l’assouplir ? Agrandir mon regard pour ne rien laisser paraĂ®tre ? RĂ©ponds, aide moi. Comment te faciliter la bĂ©ance de mon intimitĂ© ? Attendre, rester et espèrer y croire sans y parvenir ou bien faire confiance au me songe, le dĂ©vaginer, le sucer jusqu’Ă  la moelle, le cuire longuement jusqu’Ă  l’Ă©vaporation de la moindre tentation ? Ne conserver que le vrai, la beautĂ©, la loyautĂ© puis l’enfermer hermĂ©tiquement au fond du cĹ“ur pour l’aimer encore plus fort.

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

Written by Pechemolle

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.