Le coquillage

C’est un dĂ©licat coquillage, c’est un fragile coquillage

Que jettent Ă  mes pieds transis les vagues sauvages,

Et je te l’envoie aussitĂ´t, pour que ses lèvres nacrĂ©es

Chuchotent à ton oreille ciselée que mon cœur est vrai.

Il te rappellera comment au bord de la mer ensoleillée

Se déroulaient les heures que nous partagions.

Il y a un baiser pour toi sur ses lèvres vermillon

Que mes propres lèvres aimantes y ont déposées.

Dans la main d’une dame, il sera bien installĂ©,

C’est aussi mince qu’un pĂ©tale de rose rouge.

Pourtant, il contient le cri de douleur de la mouette,

Et le rugissement de la marée et le récif fouetté.

Dans une immense grotte de granite, la mer puissante,

Telle ma passion pour toi, peut trouver une place.

Pourtant ce frĂŞle et beau coquillage que je t’envoie

Est trop petit pour contenir tout mon amour pour toi.

Gilles Heuline (Grimaud)

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

Written by Grimaud

La passion d'Ă©crire et de partager. L'astronomie occupe aussi une grande place dans ma vie.

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.