L’HALLALI

L’HALLALI.
Emouvant souvenir des textes d’A. de Musset

Un jour qu’enfant je priais, il vint me voir,
Un enfant, le visage pâle, les habitudes noires,
Pareil Ă  mon ombre.
“Ami, me dit-il, je suis ton seul ami
Et tu me trahiras dans la vie”.
Ultime Ă©clat de mes souvenirs Ă©vanouis,
Dans un gouffre sans fond, je m’enfouis.

Un jour, jeune garçon, je perds mon seul appui,
Mon père, je reste sans ami.
Je voulais me noyer, tout plein d’ennui.
Sur le seuil fatal, il vint me voir,
Un garçon, le visage pâle, les habitudes noires,
Pareil Ă  mon ombre.

Un jour qu’adolescent je tuai un ami,
Lâchement, je laisse le hasard être puni.
Je pensais m’enfoncer dans la nuit.
Au moment de mourir, il vint me voir,
Un adolescent, le visage pâle, les habitudes noires,
Pareil Ă  mon ombre.

Plus tard, jeune homme, je fus puni.
Par un amour déçu, mon cœur fut aigri.
Je voulais lui Ă´ter la vie.
A l’instant de partir, il vint me voir,
Une jeune homme, le visage pâle, les habitudes noires,
Pareil Ă  mon ombre.

A peine adulte, je volai, je trahis
Je mentis et un innocent fut puni.
A mon vieux cœur tout pourri,
Je sonnai l’hallali quand vint me voir,
Un adulte jeune, le visage pâle, les habitudes noires,
Pareil Ă  mon ombre.

A la fleur de l’âge, j’Ă©tais tout vieillir,
Livré à la débauche et tout perverti.
Un jour Ă  dĂ©shonorer les filles, me prends l’ennui.
Sans honneur, j’allai Ă  la mort quand vint me voir,
Un homme vieilli, le visage pâle, les habitudes noires,
Pareil Ă  mon ombre.

Par un véritable amour, un jour je fus repris
Et sur le chemin de la vie, je repartis
Mes dans mes bras, la mort saisie mon amie.
Tout prĂŞt Ă  la suivre, il vint me voir,
Un amant, le visage pâle, les habitudes noires,
Pareil Ă  mon ombre.

Bien vieux, le cœur tout meurtri,
Le dernier cri de la vie, je ne l’ai pas compris.
Le dernier appel d’un ami, il ne m’a pas suffi.
Je grimpai au paradis mais il ne vint pas me voir,
Un vieil ami, le visage pâle, les habitudes noires,
Pareil Ă  mon ombre.

1964

© 2004 NULLART vs. Kinka – ” 1968, une rĂ©volution poĂ©tique

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

Written by nullart

Kinka est le pseudonyme d'un poète français contemporain et breton.

Le tourbillon de la révolte étudiante de 1968 semble avoir saisi KINKA au milieu de son éveil poétique romantique.

À la fin d'une adolescence candide, cette REVOLUTION l'a donc plongé dans un brusque et important changement dans l'ordre politique et social (selon l'une des définitions du terme). ou plutôt comme il l'écrit lui-même «c'est une vision illusoire des choses pendant l'adolescence».

De manière aléatoire, à chaque connexion au site, un sommaire différent est proposé au visiteur-lecteur dont quelques "cyber-poèmes", des poèmes "semi-automatiques", des sortes de cadavres exquis à la mode surréaliste.

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.