Seul

Chaque soir Quand le monde va dormir Lui avec sa tasse de café noire.

Il a un rendez-vous avec les souvenirs.

Il s’assoit par la fenêtre En comptant les étoiles et soupire.

OĂą sont mes amoureux.

Mon papa, la plus belle des mamans.

Mon pays si lointain. Seul comme un vagabond.

À qui va-t-il  se plaindre ? Après tout il n’est qu’un maudit étranger.

SensĂ© s’excuser, Ă  chaque fois quand il y a un attentat.

Pour ce que fait un batard.

En choisissant de mettre fin Ă  sa vie et celle des autres.

Et lui il n’a qu’a payer le prix.

Le prix d’un pays corrompus.

Qui l’a jetĂ© sans pitiĂ©, Et l’a privĂ© de sa dignitĂ©.

Et autre qu’il l’a accueilli, sensé être le gardien de la liberté.

Mais avant de rentrer, il est appelĂ© Ă  s’excuser.

Pour son nom, Qu’il n’a pas choisi. Pour son identité.

De toute la façon il est accusé.

Accusé d’être parti,  d’être venu.

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

Written by Nadia

"Je m'appelle Nadia chaouch , doctorante en sociologie. Passionnée par la littérature et la musique, je suis militante des droits de l'homme et activiste au sein de société civile.

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.