HERMAPHRODITE

HERMAPHRODITE.

Je suis poète.

Il est poète mais il est homme.
Il a tout vaincu.
Oui, j’ai tout vaincu.
Après des jours de pénible ascension,
j’ai bien vaincu.
Plus que tous les Everest,
Plus que tous les Annapurna,
J’ai r√©ussi la conqu√™te des nuages,
Pas pour faire le soleil apr√®s l’averse
Mais rien que pour le plaisir.

Quel plaisir ?

Le plaisir de gravir hors du monde,
Sans s’y salir les pattes.
Les nuages,
Gentils moutons blancs en d’autres temps
Aujourd’hui sont pour moi tapis volants.

L√†-haut, c’est peut-√™tre dangereux ?

S√Ľrement que c’est dangereux,
C’est la contrepartie de la libert√©.
C’est le risque du m√©tier.
A ce métier, je risque ma vie
Chaque seconde est pour moi un sursit.
Ne vous en faite pas sur terre,
Le Bon Dieu a prévu une main courante,
Des fois que mon pied débile,
Ennuyé sur cet univers fragile
Par la pesanteur ou le vide fut attiré.
des fois qu’il faille que je l’y suivis,
Des fois que je vous tombe dessus,
Vous anéantissant des éclairs de ma folie,
Marionnettes dans mon guignol dantesque.
Il pourrait se tuer ?

Certainement ! Je les ai tués.
Je me tue à vous le faire savoir.
Mais chaque jour sur terre,
Vivre, n’est-ce pas mourir ?
Mourir un peu plus,
Mourir au jour le jour, √† petit feu…
Chaque geste social dans ce monde,
N’est-ce point un coup de poignard ?
C’est l’assassinat de sa personnalit√©.
Après tout, si je meurs,
Cela ne vous tuera point.

Ce n’est point l√† la question !
Mais, fou Monsieur,
Il y a danger, là-haut !
Il se pourrait que vous y fussiez tué,
D’accident…
Bien s√Ľr, l√Ęche terrien.
Il se pourrait que je fusse tué,
D’accident…
Tomber des nues,
Ce n’est pas un drame.
Pas plus un drame
Que de périr asphyxié dans ton hachélème,
Que d’√™tre passant clou√© sur la chauss√©e,
Que d’√™tre emport√© par une avalanche,
Que de mourir d’insolation sur une plage,
Que de passer des jour de sa si chère vie chère
dans les antichambres des cabinets médicaux,
Attendant en respirant le renfermé, la poussière,
En manipulant de crasseuses revues,
A la si riche flore microbienne…
Tout çà pour sa douillette obésité
Qu’un praticien servile
Arrose tendrement de sa reconnaissance,
Prodiguant ses soins empesés
A d√©faut d’√™tre empress√©s.
Ce n’est pas plus un drame
Que de se trouver mal,
Mis à nu en public,
Par la dernière comédie musicale.

La soci√©t√© d’accident
Tue par accident
Ses individus d’accidents…

N’ayez crainte bons gaulois au salaire fixe,
Le ciel ne vous tombera point sur la tête,
Aussi s√Ľr que mon testament qui se termine,
Ne se termine pas par un suffixe.

Il est poète mais il est homme.

Je suis poète.

1967

¬© 2004 NULLART vs. Kinka – “1968, une r√©volution po√©tique

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

Written by kinka

Kinka est le pseudonyme d'un poète français contemporain et breton.

Le tourbillon de la révolte étudiante de 1968 semble avoir saisi KINKA au milieu de son éveil poétique romantique.

√Ä la fin d'une adolescence candide, cette REVOLUTION l'a donc plong√© dans un brusque et important changement dans l'ordre politique et social (selon l'une des d√©finitions du terme). ou plut√īt comme il l'√©crit lui-m√™me ¬ęc'est une vision illusoire des choses pendant l'adolescence¬Ľ. Il se tourne de plus en plus vers la po√©sie libre et subit l'influence du slam.
-

De manière aléatoire, à chaque connexion au site, un sommaire différent est proposé au visiteur-lecteur dont quelques "cyber-poèmes", des poèmes "semi-automatiques", des sortes de cadavres exquis à la mode surréaliste et des tankas en style japonisant.
-
http://nullart.free.fr/
et
http://recitdevoyage.free.fr/japon/tankas/

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.