POEME ANTINUCLEAIRE

Au creux d’une main tendue crispĂ©e
Dans la froide désolation
D’un dĂ©sert aĂ©rien
Coulent de larmes
De sel et d’amertume
Et des sanglots
Aux grincements d’acier
Percent ce monde de glace
Leurs pleurs métalliques
D’une âme sans corps
Au creux des reins
Creusent des sillons humides
Et gluants, ils ruissellent
De la main tendue crispée
S’Ă©grène le chapelet funèbre
Des enfants de poussière
Des souffles Ă©teints
Des passions apaisées
Aux vents atomiques
L’âme esseulĂ©e
La main maternelle arrachée
N’ont plus de corps
Du creuset sépulcral
De la paume d’une main
D’une main tendue crispĂ©e
Jaillit la coulée scintillante
D’un mĂ©tal froid
Inconnu de l’humanitĂ©
Et pourtant
Ces précieux diamants
Ecrasés calcinés
Sont des larmes de femmes
De la main tendue crispée
Des gouttes de néant échappées
Striant la nuit cosmique
De javelots incandescents
Traversent vite
Le vide des espaces nocturnes
Vers un hypothétique infini
Et rident son miroir
De chaises livides et glauques
Des doigts d’une main tendue
D’une main tendue crispĂ©e
Des ongles effilés désespérés
Tambourinent la tĂ´le
Eveillant des échos démentiels

A travers les cieux fêlés
Des sons stridents s’enfoncent
Perforant les tympans crevés
A la froideur du soleil
Peut-on se réchauffer
Et comment peut-on voir
A la noirceur de la lune
Où se diriger à tâtons
D’une main tendue crispĂ©e
Mais une main Ă  qui
Une main est-elle
Une semence mortelle
File entre les doigts déchiquetés
D’une main sanglante de fantĂ´me
Déjà la main tendue crispée
S’effrite comme le reste
L’univers est cristal fĂŞlĂ©
Un souffle sur sa face
Pulvérisé il se Dispersez- vous
Dans la bise mégatonnique
Des vivants aux yeux aveuglés
Fixent mille soleils Ă©teints
Des morts aux yeux ouverts
Fixent des enfers obscurs
Tous morts vivants
La main tendue crispée
D’un bĂ©bĂ© sur un sein
D’un semeur sur son champ
De l’avare sur son coffre
Du pilote sur un volant
De l’amoureux sur une hanche
D’un policier sur un bandit
D’une sculpteur sur le marbre
Une main d’automne
Morte humide et décolorée
Une main détachée tendue
Cinq doigts lacérés crispés
De partout
La mort floconne
La bise des râles s’enfle
Paysage inhumain
Morte raison
Hiver universel et Ă©ternel
Que n’a su Ă©carter
Une main tendue
Une main tendue crispée

1974

© 2004 NULLART vs Kinka
”    1968, une rĂ©volution poĂ©tique ”

http://nullart.free.fr/

This post was created with our nice and easy submission form. Create your post!

Written by nullart

Kinka est le pseudonyme d'un poète français contemporain et breton.

Le tourbillon de la révolte étudiante de 1968 semble avoir saisi KINKA au milieu de son éveil poétique romantique.

À la fin d'une adolescence candide, cette REVOLUTION l'a donc plongé dans un brusque et important changement dans l'ordre politique et social (selon l'une des définitions du terme). ou plutôt comme il l'écrit lui-même «c'est une vision illusoire des choses pendant l'adolescence».

De manière aléatoire, à chaque connexion au site, un sommaire différent est proposé au visiteur-lecteur dont quelques "cyber-poèmes", des poèmes "semi-automatiques", des sortes de cadavres exquis à la mode surréaliste.

What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.